Télétravail : comment être sûr de (vraiment) débrancher?
6 minute read

Télétravail : comment être sûr de (vraiment) débrancher?

Rise | juin 16, 2020

Que ce soit en tant que chef d’entreprise, gestionnaire ou employé, vous avez du mal à débrancher à la fin de votre journée de travail? Avec le travail à domicile, le risque de faire des journées à rallonge grandit et vous avez de la misère à vraiment déconnecter vos outils… et votre esprit! Vous faites certainement moins de pauses (il n’y a plus les collègues pour jaser), vous pouvez facilement passer 10 voire 12 heures d'affilée sur votre ordinateur et il vous arrive même de jeter un coup d’oeil à vos courriels professionnels après le souper… D’où l’importance vitale de (ré)apprendre à souffler un peu!

C’est essentiel pour recharger les batteries, trouver une bonne intégration de votre vie professionnelle avec votre vie privée, et enfin pour réduire le stress et éviter l'épuisement professionnel. Vous n’en serez que plus productif!

Prenez donc quelques minutes pour mieux définir les frontières entre votre travail et votre temps libre. 

Stoppez les communications après les heures de travail

C’est la fin de journée et vous recevez un dernier courriel professionnel? Vous y répondez tout de suite et cela peut s'éterniser… À titre exceptionnel, cela peut marcher sans forcément vous impacter. Mais il ne faut pas en faire une habitude. À la longue, vous resterez connecté de plus en plus longtemps et vos journées de travail vont s’éterniser. Vous ne serez ni en forme ni motivé pour être productif le lendemain. En tant qu’employeur ou même en tant qu'employé, ce n’est certainement pas ce que vous voulez. 

Le bon réflexe à adopter? Fixez-vous une heure limite à partir de laquelle vous fermez définitivement vos outils de travail pour le reste de la journée. Pas question de jeter un rapide coup d’oeil à vos courriels pour voir si un ou une telle vous a répondu, cela peut attendre le lendemain matin. Placez votre statut sur « hors ligne » sur vos différentes plateformes de communication pour que vos collaborateurs sachent que vous n'êtes pas disponible. Désactivez les notifications sur les heures de repos afin qu'elles n'empiètent pas sur votre temps personnel. Vous serez déjà bien moins dérangé! 

D’ailleurs au Québec, l’instauration d’un éventuel droit à la déconnexion – comme c’est déjà le cas en France ou en Allemagne – fait l’objet d’une réflexion. L'idée est à la fois de mettre le hola aux potentiels abus et de limiter l’usage déraisonnable des outils numériques professionnels, comme l’explique le journal La Presse. Affaire à suivre!

Optez pour la méthode « hors de la vue, hors de l'esprit »

Ceci nous amène à un deuxième conseil important avec l’adage « hors de la vue, hors de l'esprit ». Avec vos outils professionnels toujours sous vos yeux à la maison, pas facile de vraiment débrancher… C’est encore pire si vous utilisez votre ordinateur personnel pour travailler ou que vous ne disposez pas d'un espace de bureau dédié. 

Dans ce cas, placez hors de votre champ de vision tous vos outils de travail. Rangez votre équipement – ordinateur, souris, clavier, dossiers – pour ne pas être tenté d’y revenir dès qu’une pensée vous traverse l’esprit. Vous pouvez aussi définir des zones strictement « sans travail ». Selon la disposition de votre logement ce peut être la chambre, le salon, la cuisine… Ainsi, vous associerez pleinement ces endroits à la détente et cela vous aidera à séparer mentalement votre vie professionnelle et votre vie familiale. 

Allégez votre charge mentale avec des objectifs réalisables

Si vous avez du mal à débrancher, c’est aussi certainement parce vous avec l’impression d'être débordé. Lorsque vous n’arrivez pas à terminer vos tâches avant la fin de la journée, il y a de fortes chances pour que ce hamster vous trotte dans la tête pendant que vous préparez le dîner, que vous faites la vaisselle ou que vous passez du temps avec votre famille.

Pour vous alléger l’esprit, remettez-vous en à une astuce toute simple mais très efficace : sur le papier, faites la liste de vos tâches à réaliser en priorité durant la semaine. Fixez-vous surtout des objectifs raisonnables et réalisables, sinon vous n’en sortirez pas. Ainsi, votre esprit sera moins encombré par la charge mentale des choses à penser et vous calmerez la petite voix dans votre tête qui vous dit « as-tu fait ci? as-tu pensé à ça? ».

En tant que gestionnaire à distance notamment, vous pouvez vite être surmené… N’oubliez pas qu’il est essentiel de vous ressourcer pour continuer à prendre des décisions éclairées et bien mener vos équipes. Suivez notre guide de survie du gestionnaire à distance.

Marquez la fin de journée avec des rituels détente

Changez de ciel, vous changerez d’état d’esprit! Il est important de signaler à votre cerveau que la journée de travail est bel et bien terminée. Ne restez pas assis à la même table, bougez, circulez, sortez prendre une marche pour aérer votre esprit (ou prendre un bol d’air comme on aime le dire chez Rise!) et vous aider à passer du mode « travail » à votre sphère personnelle. Faites-vous plaisir avec une occupation que vous aimez et qui vous fait du bien : jouer avec vos enfants, faites du sport, dansez, écoutez de la musique, lisez, cuisinez ! 

Lire aussi : 5 rituels virtuels pour mieux vivre le télétravail

Inspirez-vous du conseil de Marie-Josée Potvin, conseillère pour la politique de respect de la personne de la Ville de Montréal : « Il faut profiter du fait que nous sommes à la maison pour utiliser autrement le temps récupéré à, par exemple, ne pas se rendre au bureau. Le récupérer pour l’investir dans notre qualité de vie : faire du sport, méditer, ou tout simplement respirer ». Et parfois… n’oubliez pas de ne rien faire. Cela repose tout autant !

Vous travaillez à la maison avec vos enfants? Profitez-en pour prendre un bol d’inspiration avec nos conseils (de survie?) pour les parents télétravailleurs

Give your employees, and yourself, the experience we all deserve.

Book a demo